Pour travailler le cuir, de A à Z, il vous faut un minimum d'outillage, qu'il est quand même conseillé d'avoir avant de se lancer dans une réalisation.

 


Avant tout, il faut savoir que quand on veut travailler le cuir, il vaut mieux tout faire soit même ; c'est-à-dire faire toutes les étapes de la réalisation soit même, de la mise en forme d'un patronnage, de la découpe des pièces, au cirage et nourrissage de la matière, aux finitions.  
Les étapes se succèdent le plus souvent dans cet ordre :

 

  • Mise en forme d'un patron pour la réalisation
  • Découpe des pièces
  • Premières finitions (passage de l'abat-carre...)
  • Préparation à la couture (reinette, roulette à piquer...)
  • Couture
  • Teinture
  • Finitions (cirage, lissage des bordures, cire-tranche...)

Nous allons donc voir, après les étapes, les outils utilisés par chaque étape.

Les outils le plus fréquemment utilisés


Bon, pour réaliser un patron, il n'y a pas d'outils spécifiques, et je ne vais donc aps vous faire un paragraphe dessus... Vous savez écrire, un peu dessiner, vous avez du papier et un crayon ? alors c'est bon !

 
  • Pour la découpe des pièces, utilisez un couteau de bourrelier : appelé couteau demi-lune, couteau à pied, ou encore "hirondelle", il est extremement coupant, et sert à couper, mais également à parer le cuir ; parer, c'est enlever de l'épaisseur au cuir.
Un couteau à pied :



Vous pouvez également utiliser un bon cutter (il existe des cutters rotatifs pour la découpe du cuir, mais je ne peux pas en parler, ne les ayant pas essayés). J'utilise en alternance, selon le type de découpe, un couteau à cuir de chez TandyLeather (celui qui est fourni avec deux lames différentes) et un petit cutter assez vieux mais qui coupe plutôt bien ma foi.



 
  • Juste après la découpe des pièces, il vous faut passer un coup d'abat-carre. Ne vous inquiettez pas, je vais vous expliquer :

déjà, voilà un abat-carre :


C'est un outil possedant une gouve en forme de V, comme vous pouvez le voir sur la photo suivante :
 

Cet outil bien spécifique sert à "abattre la carre" du cuir, c'est-à-dire à casser l'angle du cuir, pour le rendre plus "rond" sur les bords, donc plus doux ; pour éviter les désagréments liés aux frottements contre la peau.
Bien évidemment, le fait de casser la carre du cuir est aussi un avantage esthétique.



 
  • Après le passage de l'abat-carre, il vous faut utiliser premièrement la reinette, pour creuser une rigole dans la fleur du cuir, au niveau de la future couture.

   Une reinette :
 


Cet outil possède un trou, aiguisé d'un côté, pour creuser directement cette rigole dans la fleur du cuir :
 


La reinette s'utilise comme cela :


 
Plaquez la face aiguisée du petit trou contre le cuir, puis tirez l'outil vers vous en appuyant bien contre le cuir, comme sur la photo ci-dessus.


 
  •  Après la reinette, passons à la roulette à piquer. Elle sert à marquer l'emplacement des trous de la couture, car pour coudre le cuir, il faut premièrement le percer avec des alènes (genre de poinçons emmanchés, très affûtés).

La roulette :


La roulette est fournie, pour ce modèle, avec deux roues de plus, qui ont un nombre de marquages différents, cela implique une différence sur la couture : elle sera plus ou moins serrée : 



Il faut appuyer dans les marques laissées par la reinette pour marquer le cuir, en faisant rouler la roue dentelée sur le cuir. (Cf : Photo ci-dessus)

Pour percer le cuir, je vous ai parlé des "alènes", les voici :



Il en existe une mltitude de différentes formes, tailles et utilisations. Elle servent essentiellement à percer le cuir pour coudre par la suite.
On perce de cette manière :



On peut se servir d'un bouchon de liège comme support pour percer le cuir, la lame de l'alène passant à travers le cuir, et allant se loger dans le liège, sans abimer votre table par exemple...

Il vous faut bien sûr du fil ! Le meilleur étant le fil de lin poissé, vous pouvez utiliser du synthétique (tresse synthétique parafinée) qui remplace très bien le fil de lin, et est beaucoup moins cher...

J'utilise pour ma part du "vrai" fil de lin poissé (à 18 € la bobine...) :

 

Avec le fil, il vous faut bien évidemment des aiguilles !


De préférence à bout rond, pour ne pas trancher le fil quand on passe dans le même trou plusieurs fois, comme lors de la couture "sellier".

Après la couture, si longue et si fastidieuse, il faut teindre le cuir, avec différentes teintures qui existent spécialement.
Mais l'élément déterminant pour la beauté d'une pièce en cuir, c'est le nourrissage de la pièce, et de son cirage, qui, si il est bien fait, rend la pièce magnifique !
Vous pouvez utiliser une gamme de cirages à la cire d'abeille (un peu onéreux mais abordables quand même) :


 

 


 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site